Catalogues & brochures publiés

 

 

MES PUBLICATIONS

 

236 001

Catalogue 2009 – Titré : Souvenirs
catalogue 24 pages, impression offset en quadrichromie
23 toiles y sont publiées
–  ÉDITION ÉPUISÉE  –

 

Avec ce catalogue, j’ai voulu vous conduire dans mes souvenirs d’enfance
qui sont mes principales sources d’inspiration.

J’essaie par ma peinture de restituer des sentiments,
des sensations, des instants de vie.

La beauté d’un jeu de lumière dans les arbres, un petit voilier dans un bassin,
ou une simple boîte vide me rappellent de
tendres moments et me donnent aussitôt le désir de sortir mon carnet à croquis.

J’espère, grâce à ce document, vous faire partager quelques émotions
personnelles ou du moins vous émouvoir par mes créations.


789 001

Catalogue 2011 – Titré: Instants de vie
catalogue 16 pages, impression offset en quadrichromie
44 toiles y sont publiées

Dans ce catalogue, nous retrouvons la suite de –Souvenirs -,
le catalogue édité en 2009. Neuf toiles évoquant un style
beaucoup plus « impressionniste » y sont également présentées.

–  ÉDITION ÉPUISÉE  –


BROCHURE

 

pourquoi

Brochure 2009 – Titré: Le pourquoi du comment…
brochure format 21 x 30 cm, pliage 3 volets,
impression recto/verso, offset en quadrichromie
–  ÉDITION ÉPUISÉE  –

 

 

 TEXTE DE LA BROCHURE TEL QU’IL A ETE ÉDITÉ

Avec ce document, je vais vous conduire dans mon univers artistique
et vous montrer la façon dont je conçois mes tableaux.

 Il m’a paru intéressant de faire cette démarche de façon à ce que le public
puisse se rendre compte de ce que doit être le travail d’un peintre.

Peindre !

            Qu’ est – ce que cela veut dire ?      

 Prendre un pinceau, quelques tubes de couleurs et déposer sur la toile
des touches plus ou moins épaisses de tons chauds ou froids.

 Cela ne suffit pas, je pense

 L’essentiel n’est pas dans le geste mais dans l’œil.

 Regarder avec un œil qui observe le moindre
détail, prendre le temps, regarder bien, regarder tout.

 Voilà l’essentiel !

 Je m’efforce, dans la réalisation de mes toiles, de présenter au public
une image cohérente, avec une construction en plusieurs plans, comme un décor de théâtre.

 Je fais en sorte que le spectateur ait l’impression de plonger
dans la toile, tel un oiseau.


… Rendre la peinture vivante !

 Voilà le but à atteindre… J’essaie.

Sortir d’une peinture figée, d’un ciel bleu en aplat,
d’une mer lisse, d’un arbre mort,
voilà ma démarche première.

Les impressionnistes ont parcouru la campagne pour nous aider à
découvrir la nature avec ses couleurs flamboyantes, ses couchers de soleil
resplendissants et ses lumières magnifiques.

 Ils ont ouvert la porte de la beauté !

 Nous devons aujourd’hui, nous, les peintres «figuratifs»,
en garder la clé.

Garder la clé, certes, mais savoir la prêter au public pour lui faire découvrir,
à notre tour, les belles choses que la nature nous a offertes.

 Rendre sensible et émouvant, le simple objet, la moindre
branche, le tout par un graphisme puissant, un trait épais,
telle est ma démarche première.


Peindre ce que l’on voit, mais que voit-on ?

 Que regardent les gens ?

 Pour ma part, je dirais:

« pas grand-chose ».

 Depuis combien de temps n’avez-vous pas
regardé une fleur, un oiseau, un arbre ou même, tiens, simplement observé,
pendant plusieurs secondes, un objet ou autre chose ?

 Prenez le temps de bien regarder !

 Le peintre regarde, c’est pour cela qu’il peut traduire ce qu’il a vu,
mais surtout ce qu’il a ressenti. Il faut être ému par ce que l’on voit pour pouvoir,
ensuite, restituer sur la toile le sentiment éprouvé.

 Il faut transmettre l’émotion

pour rendre la peinture vivante !

J’ai voulu, tel un critique d’art, « décortiquer » pour vous mon travail.
Quatre toiles vous sont expliquées de façon à vous aider à les découvrir,
non pas du regard seulement, mais aussi de la manière dont je les ai construites.

 

le pin parasol ok
Le pin parasol, huile sur toile 50 x 61 cm

 

Nous sommes dans une composition volontairement
chargée. Le moindre espace est utilisé,
afin de donner une atmosphère de chaleur.

L’ élément principal, le pin parasol, écrase de sa hauteur
le reste du tableau; il semble protéger les oliviers plus petits.

Un ciel qui bouge accentue le mouvement du grand pin.

 

 


 

dix huit heures trente
Le pin parasol, huile sur toile 50 x 61 cm

 

Des couleurs d’automne, une atmosphère de fin
de journée (dix-huit heures trente). Seul un éclat de soleil, au bas
de la composition, apporte la lumière qui ravive la totalité
tableau. L’ensemble, malgré ses couleurs
de tons froids, reste lumineux. Regardez bien !

 

 


 

l'attente sous le chapiteau

 Le pin parasol, huile sur toile 50 x 61 cm

 

Une piste vide ! Pourquoi pas un funambule ou un autre sujet en
premier plan? L’idée étant de traduire l’attente du spectacle
qui va commencer, il fallait une piste vide.

La piste prend une proportion énorme dans le tableau de
façon à accentuer l’idée première.

Que va-t-il se passer ?


Les oliviers de Matthieu

Le grand pin, huile sur toile 50 x 61 cm

 

La presque totalité du tableau est occupée par un imposant olivier.
Un petit village, aux tuiles rouges, en arrière plan,
adoucit le graphisme torturé des branches.

Quelques touches de jaune, dans le ciel, traduisent
l’atmosphère d’une fin d’après-midi très chaude.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *